Les Brumes de Grandville, tome 1, Monotropa Uniflora

les_brumes_de_grandville_tome_1_monotropa_uniflora_01.j_1

Titre: Les Brumes de Grandville, tome 1, Monotropa Uniflora

Auteure: Gwendoline Finaz De Villaine

Editions French Pulp Editions, 333 pages.

Résumé

Peut-on tomber amoureuse dune simple voix, d’un esprit, sans y perdre son âme ? 1919. au lendemain de la première guerre mondiale, Apollonie devient professeur de musique. Belle, libre et déterminée, la jeune orpheline découvre la vie au château de Grandville. Elle ne tarde pas à faire la connaissance du fils de la Comtesse, le magnétique et mystérieux Hector, dont la beauté n’a d’égale que le cynisme. Apollonie, encore troublée par cette rencontre, tombe sous le charme indécent dune voix mystérieuse sortie des ombres…

Mon avis

Je remercie les Editions French Pulp et Quentin pour l’envoi de ce livre!

Ce tome est le premier d’une saga qui en comporte trois, dont le dernier vient de sortir. Cette histoire mélange histoire, fantastique et romance. Nous faisons la connaissance d’Apollonie, jeune orpheline, au chateau de Grandville, où elle va devenir le professeur de musique des deux filles de la Comtesse. Ces deux jeunes filles m’ont d’ailleurs un peu fait pensé à Anastatie et Javotte dans Cendrillon, leur comportement envers Apollonie, n’est pas au premier abord, très charmant. Apollonie va donc découvrir ce domaine, et un soir, elle entendra une voix mystérieuse, venu de l’au-delà, celle d’un dénommé Hector. Elle va vite tomber sous son charme, malgré le fait que ce soit un fantome.

J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure qui décrit très bien le château et ses recoins, on perçoit parfaitement les lieux. En revanche, en ce qui concerne le personnage principal, Apollonie, je l’ai trouvé un peu trop superficielle. Elle parait au début forte et déterminée, mais dès qu’il s’agit d’Hector, elle devient fade et naïve.

L’action est bien là, il se passe pas mal de choses dans ce roman, et nous en apprenons plus sur Hector. Apollonie se voit prisonnière de ses sentiments envers lui, et en même temps se pose beaucoup de questions sur William, rentré au château après la Guerre, et qui est un homme imbu de sa personne, narcissique, pervers, et menteur. Apollonie refuse de lui faire confiance.

En parallèle, nous trouvons un petit semblant d’enquête, qui ajoute de l’action à la lecture et qui n’est pas désagréable. Pourtant, j’ai trouvé le côté fantastique un peu tiré par les cheveux à certains moments, et l’emploi de l’imparfait du subjonctif trop souvent, un peu trop pompeux. C’est dommage car sinon l’écriture est fluide. Mais ce roman ma semble trop en surface, il se lit bien mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages.

La fin est un peu facile, j’aurais préféré un dénouement un peu moins « happy end », mais ça c’est moi, je n’aime pas forcément quand les romans se finissent bien 🙂

Conclusion

Ce premier tome nous pose les bases d’une intrigue intéressante avec des personnages, bien qu’haut-en-couleur, restent trop en surface, et un côté fantastique pas assez crédible pour moi, mais qui pourra séduire bon nombre de lecteur sensible à ce style.

=> 3/5

Publicités

3 réflexions sur “Les Brumes de Grandville, tome 1, Monotropa Uniflora

  1. Pingback: Bilan lecture juin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s