L’ami retrouvé 

bm_34328_1609030

 

Titre: L’ami retrouvé

Auteur: Fred Uhlman

Edition Folio, 122 pages

Résumé

Âgé de seize ans, Hans Schwarz, fils unique d’un médecin juif, fréquente le lycée de Stuttgart. Il est encore seul et sans ami véritable lorsque l’arrivée dans sa classe d’un garçon d’une famille protestante d’illustre ascendance lui permet de réaliser son exigeant idéal de l’amitié, tel que le lui fait concevoir l’exaltation romantique qui est souvent le propre de l’adolescence.
C’est en 1932 qu’a lieu cette rencontre, qui sera de courte durée, les troubles déclenchés par la venue de Hitler ayant fini par gagner la paisible ville de Stuttgart. Les parents de Hans, qui soupçonnent les vexations que subit le jeune homme au lycée, décident de l’envoyer en Amérique, où il fera sa carrière et s’efforcera de rayer de sa vie et d’oublier l’enfer de son passé. Ce passé qui se rappellera un jour à lui de façon tragique.

 

Mon avis

Ce tout petit livre et très dense et riche en émotions. Je suppose que l’on doit l’étudier généralement au collège ou lycée car on sent une plume très accessible et un peu innocente par moment.

Je ne me suis attachée à Hans qu’à la seconde partie du roman Conrad en revanche est assez froid et à aucun moment je n’ai éprouvé de la sympathie pour lui.

Cette rencontre si forte entre Hans et Conrad est dû au climat politique dans lequel ils grandissent à savoir les prémices de la Seconde Guerre Mondiale. Hans étant juif, le lecteur s’imaginera très bien le danger qu’il court lui et sa famille, à Stuttgart. Pourtant, cette amitié naissante racontée durant une bonne moitié du roman est innocente, naïve, enfantine. L’auteur nous écrit « Hors de notre cercle magique venaient des rumeurs de perturbations politiques mais le foyer d’agitation en était éloigné: il se trouvait à Berlin, où, signalait-on, des conflits éclataient entre nazis et communistes. Stuttgart semblait aussi calme et raisonnable que jamais. De temps à autre, il est vrai, se produisaient des incidents mineurs. Des croix gammées faisaient leur apparition sur les murs, un citoyen juif était molesté, mais en général, la vie continuait comme à l’ordinaire. » Qu’il est tragique de lire cela lorsque l’on sait le triste destin de des juifs qui s’en suivre.

Ce genre d’éléments rajoute donc à l’histoire une dimension terrible de vérité et le lecteur saura presque d’avance que cette amitié entre l’allemand et le juif allemand est d’ores et déjà vouée à l’échec. Pourtant on s’y prend à croire qu’après tout pourquoi pas…

Et pourtant ce roman ne finis pas si mal puisqu’au début du livre, le narrateur qui est Hans, nous raconte son histoire, on peut donc supposer qu’il est vivant. Peut être si cela avait été un narrateur extérieur à l’histoire, le lecteur aurait été encore plus tenu en haleine, jusqu’à la dernière page, jusqu’au dernier mot. Car le dernier mot clôt vraiment le roman, non pas de manière spectaculaire, mais de façons à ce que le lecteur se dise « han, ah oui quand même ».

Conclusion

L’ami retrouvé est un roman très puissant de part la force de son histoire, et de son Histoire. Un livre à mettre en chaque main.

 

=> 4,5/5

Publicités

2 réflexions sur “L’ami retrouvé 

  1. Sandra dit :

    Un livre que j’avais découvert au lycée (peut-être même au collège) et qui se trouve toujours dans ma bibliothèque. Un livre poignant, sans artifice ni blabla. Dans le même registre, je ne sais pas si tu connais mais j’ai lu à la même époque Un sac de billes » de Joseph Joffo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s