#ReadChristie2021 (février-mars-avril)

Cette année je participe au #ReadChristie2021 organisé par la page officlelle d’Agatha Christie (enfin pas elle hein…), je suis les suggestions d’Alexia et je les lis en LC la plupart du temps avec Estelle. Je n’avais pas participé à la lecture de janvier qui était La mystérieuse affaire de Styles, que j’avais déjà lu il y a peu de temps.

En février j’ai découvert Parker Pyne!

« Etes-vous heureux ? Dans le cas contraire, consultez Mr Parker Pyne, 17 Richmond Street. » Cette annonce parue dans le Times attire bien des clients un peu incrédules mais sans aucun doute malheureux. Aux quatre coins du monde, à Delphes, Chiraz ou Londres, Parker Pyne, professeur de bonheur, s’engage à vous faire retrouver l’amour et la joie de vivre. Evidemment, ses tarifs peuvent parfois paraître un peu élevés, mais qui ne risque rien n’a rien, et vous pouvez être sûr que Parker Pyne mettra en œuvre tous les moyens nécessaires, y compris les mises en scènes les plus abracadabrantes…

Ce petit recueil de nouvelles m’a permis de me remettre dans le style Christie et c’était très agréable. Certaines enquêtes sont assez drôles et le personnage de Pyne est assez frais, imprévu, plutôt calculateur et un peu farfelu. Certaines nouvelles étaient un peu plus intéressantes que d’autres. J’avoue ne pas avoir lu tout le receuil mais j’en garde un bon souvenir. Je pense que c’est un bon moyen pour découvrir pleins de petites enquêtes différentes et fragmenter sa lecture sans se lasser du livre.

En mars, j’ai lu un Poirot!

Lady Edgware ne supporte pas la contradiction. Et son mari lui donne bien du souci. D’abord, il a un caractère impossible. Ensuite, il refuse de divorcer. Très ennuyeux…
Car Lady Edgware a justement l’intention de se remarier Que faire ? Mais charger Hercule Poirot de la débarrasser du gêneur, bien sûr ! N’est-il pas le grand spécialiste des affaires criminelles. Lady Edgware aurait tendance à confondre tueur à gages et détective que Poirot n’en serait pas autrement surpris. Mais peu importe, après tout. Puisque le mari a fini par se résigner. Il vient d’avoir la bonne idée de mourir. Assassiné. Contrariant, Lord Edgware ? Les femmes sont ingrates…

J’ai beaucoup aimé retrouver Poirot, son humour et son cynisme ainsi que son esprit de déduction. Cette histoire était plutôt haute en couleur et le personnage de Lady Edgware était assez drôle. J’ai apprécié ce livre et pourtant je me suis sentie un peu perdue lors de la révélation. Car malgré le décorticage de Poirot je ne comprenais pas au final qui était l’assassin! Après en avoir discuté avec Estelle, je pense que pour apprécié pleinement un Christie, il faut le lire en 2 ou 3 fois max, et ne pas le laisser trainer, car même si les livres ne dépassent souvent pas les 250 pages, chaque élément a son importance et le lecteur doit être vraiment attentif, ce qui n’est plus mon cas si je le lis en plusieurs jours ou bien je décroche vers la page 150-200…

En avril, c’était au tour de Chimneys!

Tout avait commencé de la façon la plus classique qui soit : un prince déchu cherchant à récupérer son trône sollicite l’appui – discret – des Britanniques.
En échange de quoi, les compagnies anglaises se verraient concéder l’exploitation des pétroles du petit Etat. Bref, une banale manœuvre politico-financière, élaborée dans le cadre somptueux d’une des plus anciennes demeures seigneuriales d’Angleterre : Chimneys. Pourtant, l’affaire se corse lorsqu’on se rend compte que des individus équivoques se sont glissés parmi le beau linge qui prépare sa révolution de palais.
Et les cadavres font affreusement désordre dans les salons de Chimneys…

Ici, nous n’avons ni Poirot, ni Marple, c’est un « one-shot ». Cette fois-ci, je me suis dit « allez Florence, tu vas prendre des notes! » J’en ai pris, mais j’en ai pris tellement que je ne prenais plus de plaisir à me laisser porter par le roman, donc j’ai arrêté! J’ai beaucoup aimé cette histoire, bien que le huis clos arrive au final tardivement j’ai trouvé. Les personnages sont assez nombreux et il y a même des usurpations d’identité, alors je vous laisse imaginer le bazar pour s’y retrouver. La fin est plutôt rocanbolesque et ne m’a pas laissé un souvenir impérissable…

Voilà pour les trois premiers Christie lus en ce début d’année. Je garderai ce format je pense pour les suivants. Dites-moi si ça vous plait!

Et vous, participez-vous à ce challenge?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s