Nosfera2

Titre: Nosfera2

Auteur: Joe Hill

Edition J’ai lu, 763 pages

Résumé

Horreur et fantastique sont des mots presque trop simples tant l’univers de Joe Hill nous plonge dans un maelström de sensations envoûtantes. « L’innocence » de ses personnages confrontée à des situations profondément dérangeantes crée un climat qui vous hante longtemps après la lecture.

Il suffit que Victoria monte sur son vélo et passe sur le vieux pont derrière chez elle pour ressortir là où elle le souhaite. Elle sait que personne ne la croira. Elle-même n’est pas vraiment sûre de comprendre ce qui lui arrive.
Charles possède lui aussi un don particulier. Il aime emmener des enfants dans sa Rolls-Royce de 1938. Un véhicule immatriculé NOSFERA2. Grâce à cette voiture, Charles et ses innocentes victimes échappent à la réalité et parcourent les routes cachées qui mènent à un étonnant parc d’attractions appelé Christmasland, où l’on fête Noël tous les jours ; la tristesse hors la loi mais à quel prix…
Victoria et Charles vont finir par se confronter. Les mondes dans lesquels ils s’affrontent sont peuplés d’images qui semblent sortir de nos plus terribles cauchemars.

Mon avis

MAIS QUEL PIED CE BOUQUIN!!!! Voilà, merci bonsoir.

Non, sérieusement, je crois que je n’avais jamais lu un livre avec un imaginaire aussi développé, aussi fou, aussi bien construit, aussi immersif. Joe Hill est un génie, et il a de qui tenir ça c’est sûr!

Allez lire le résumé et revenez me voir….. voilà, c’est bon? Bien, alors parlons de ce monde parallèle qu’est Christmasland… Mais quelle idée de génie! Quand j’étais petite, j’étais persuadée que l’Histoire continuait en parallèle de notre vie, que La Révolution Française se poursuivait, que les gens d’une autre époque continuaient à vivre pendant que je vivais à mon époque. Oui, j’avais une imagination plutôt fertile… Et bien dans Nosfera2 j’ai retrouvé mon enfance…

J’ai vécu avec Victoria dans ce passage étrange qu’elle créé malgré elle avec ce vélo-Dolorean…. Quoiqu’on ne peut pas vraiment voyager dans le temps avec mais plutôt dans des lieux différents. Ça peut paraitre une idée assez simple, mais elle est tellement bien utilisée.

Joe Hill sait emporter son lecteur avec lui dans ce monde étrange. Les personnages de l’univers de Christmasland sont flippant, les descriptions nous font y être, ce paradis enneigé un peu grinçant. C’est parfait! Tellement dans l’imaginaire et pourtant on y croit terriblement!

Peu à peu Victoria grandit, elle mûrit, fait des rencontres, et comme dans les romans de King, nous suivons ses personnages, nous les voyons évoluer, mais ils gardent en eux une partie de leur enfance. Et c’est la clé de ce roman. Je ne peux pas m’empêcher de comparer à King bien entendu, on sent le même travail autour de l’enfance et de l’imaginaire, c’est tellement bien exploité…

Puis au bout d’un moment, le lecteur comprend ce qu’est Christmasland, qui est vraiment Charlie Manx, ce psychopathe séquestreur d’enfants. Mais pourtant il a l’air d’être mort dans la vie « réelle »… alors qui est-il vraiment?

Je ne peux pas vous en dire plus mais je vous assure que niveau imaginaire vous allez être servis! C’est un coup de cœur pour moi, on sent que Hill a son propre univers qu’il a développé, et même si on le compare à son père, c’est vraiment dans le bon sens.

Conclusion

Une lecture remarquable, un univers totalement habité, imaginatif, une plume immersive, des personnages très attachants, Joe Hill m’a complètement cueilli avec ce bouquin. J’en ressors bouleversée d’enfance, d’angoisse, de rêves réels. Je suis bluffée! Bravo!!

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s