Mémoires d’une jeune fille rangée

Mémoire d'une jeune fille rangée

 

Titre: Mémoires d’une jeune fille rangée

Autrice: Simone de Beauvoir

Editions Folio, 503 pages

 

Résumé

Je rêvais d’être ma propre cause et ma propre fin ; je pensais à présent que la littérature me permettrait de réaliser ce vœu. Elle m’assurerait une immortalité qui compenserait l’éternité perdue ; il n’y avait plus de Dieu pour m’aimer, mais je brûlerais dans des millions de cœurs. En écrivant une œuvre nourrrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence. En même temps, je servirais l’humanité : quel plus beau cadeau lui faire que des livres ? Je m’intéressais à la fois à moi et aux autres ; j’acceptais mon « incarnation » mais je ne voulais pas renoncer à l’universel : ce projet conciliait tout ; il flattait toutes les aspirations qui s’étaient développées en moi au cours de ces quinze années.

 

Mon avis

Cinquième lecture pour Mars au Féminin, j’ai lu ce livre en LC avec Amélie et nous sommes toutes les deux plutôt mitigées sur cette lecture.

Je voulais découvrir Simone de Beauvoir, cette femme qui tient une place si importante dans la littérature française et le droit des femmes. Mais je ne voulais pas me lancer dans Le deuxième sexe qui est beaucoup trop imposant je trouve. J’ai donc choisi la première partie de ses mémoires. D’ailleurs, je pensais que celles-ci allaient jusqu’à un âge avancé, mais pas du tout, nous la suivons jusqu’à sa rencontre avec Sartre, c’est à dire vers ses vingt ans je crois.

J’ai adoré le début, son enfance est racontée de manière très belle et poétique, on voit en revanche que la prénom de sa soeur n’est jamais prononcé et on sent un certain dédain envers elle. Très vite son caractère apparait et on voit qu’elle a des idées bien arrêtées sur certains choses comme Dieu, la place de la femme, l’enfance, ses parents. On voit la précocité de cette femme et on se remet nous-même en question, « mais est-ce que je pensais ça à dix ans?! »

La partie sur ces études et le cours Désir est également intéressante, on voit son évolution et les mœurs en France dans les années d’après Première Guerre Mondiale.

Puis peu à peu, la philosophie va prendre le dessus, on la verra réfléchir à de nombreuses questions à propos de ses proches, de Zaza sa meilleure amie, sa vie à Paris, veut-elle vraiment cette vie-là? Mérite-t-elle d’être vécue? Et là j’avoue avoir décroché et sauté quelques phrases…

Je suis tout de même contente d’avoir lu ce livre car j’ai pu me faire un avis sur cette autrice à la plume si belle, riche et dense, mais je ne pense pas lire autre chose d’elle du moins pas tout de suite.

 

Conclusion

L’enfance de Simone de Beauvoir est très intéressante et l’on sent les prémices de ce qu’elle deviendra en tant que femme. Malgré un style très soigné et poétique, je n’ai pas aimé certains passages trop introspectifs, trop philosophiques et je ne pense pas me lancer tout de suite dans un autre livre d’elle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s