Disparaître

Disparaitre

 

Titre: Disparaître

Auteur: Mathieu Ménégaux

Editions Grasset, 216 pages

 

Résumé

Une jeune femme met fin à ses jours à Paris, dans le XVIII° arrondissement.
Un homme est retrouvé noyé sur une plage, à Saint-Jean Cap Ferrat, sans que personne soit en mesure de l’identifier : le séjour en mer l’a défiguré, et l’extrémité de chacun de ses doigts a été brûlée. Quel lien unit ces deux affaires ? Qui a pris tant de soin à préserver l’anonymat du noyé, et pour quelles raisons ? Qu’est-ce qui peut pousser un homme ou une femme à vouloir disparaître ?

 

Mon avis

Merci à Mathieu Ménégaux et Grasset pour l’envoi de ce livre!

Je sais, depuis Je me suis tue, que Mathieu Ménégaux est un auteur en qui je peux avoir confiance pour être bluffée. C’est donc avec grand plaisir que je me suis lancée dans ce nouveau bébé.

Je n’ai pas lu le résumé. Je ne voulais rien savoir. Tout découvrir. Dès la première page, le ton est donné. Une femme tombe de sa fenêtre. C’est violent, sans appel, brutal, efficace. Au fur et à mesure, on découvre l’histoire, puis deux histoires parallèles, celle d’Etienne Sorbier, grand PDG, puis d’Esther, jeune recru de la société de Sorbier, à Paris. Et une enquête qui s’ouvre à Nice à la suite d’un homme retrouvé mort. Deux histoires qui n’ont rien à voir, mais qui, on s’en doute, vont avoir un lien.

Tout d’abord je dois dire que j’ai dévoré ce livre. L’écriture est toujours aussi efficace, sans chichis, avec souvent des traits d’humour bien cinglant, et qui va droit au but. Il y a beaucoup de rythmes et les fins de chapitre nous font continuer absolument le récit pour savoir la suite. Ensuite, les personnages sont très bien construit, avec leurs caractères, que l’on découvre au fil du récit. Efficace là encore.

Maintenant, l’histoire. J’avoue qu’avec ce titre, Disparaître, je m’attendais à ce que l’auteur aille dans une autre direction, notamment avec Esther qui est un personnage que j’ai adoré suivre. Mais voilà, lors d’un moment entre elle et Sorbier, je n’ai pas compris le choix de l’auteur. Pas accroché. Et un peu décroché du livre. Argh ça m’agace car j’avais tellement envie d’être soufflée, mais ça n’a pas été le cas.

Même si le déroulement du récit tient complètement la route, l’enquête également, la fin aussi, il m’a clairement manqué cette secousse ressenti dans Je me suis tue et même dans Est-ce ainsi que les hommes jugent? Cette tension permanente, mais non je ne l’ai pas eu. Pas assez.

C’est un livre assez court qui encore une fois se lit très vite et c’est certain que Mathieu Ménégaux sait maîtriser parfaitement ce genre de format pour nous en mettre pleins les yeux. Je pense qu’il plaira si vous n’avez pas lu Je me suis tue, mais j’ai peur que ceux qui l’ont lu restent un peu sur leur faim.

 

Conclusion

Une écriture efficace, des personnages bien construit, un récit très bien mené, mais pas de surprise pour moi, pas de tension. Une bonne histoire mais je m’attendais à autre chose j’avoue. Néanmoins je lirai toujours cet auteur avec plaisir, et je vous conseille de lire celui-ci pour vous faire votre idée.

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s