À la découverte de Ray Bradbury

(J’ai commencé à écrire cet article il y a plus d’un an, j’attendais d’avoir lu plusieurs livres de l’auteur pour vous en parler, et j’avais oublié d’écrire la chronique de L’Arbre d’Halloween et ma lecture remonte à un an! Peu de souvenirs donc… veuillez m’excuser ^^ De plus, j’ai lu aussi La foire des ténèbres que j’avais adoré mais je ne m’en rappelle pas assez pour vous en faire une chronique… arf moi et ma mémoire…>__< )

Ray Bradbury est un auteur américain décédé en 2012 à l’âge de 91 ans. Il a de nombreux ouvrages à son actifs, pour les plus connus Fahrenheit 451, Les chroniques martiennes, L’Homme illustré. Je vous propose de découvrir cet auteur à travers trois livres que j’ai lu, et beaucoup aimé…

fahrenheit 451Cet été, j’ai pu enfin lire Fahrenheit 451, mon premier livre de l’auteur, et j’avoue avoir mis du temps à entrer dans le livre, qui est une dystopie, mais pas une dystopie au sens où on peut l’entendre aujourd’hui. Fahrenheit 451 est en fait beaucoup plus réel maintenant qu’il n’a pu l’être quand Bradbury l’a écrit.

Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable.
Dans ce livre, l’auteur nous parle d’utopie, d’une société apocalyptique où la culture, la communication et l’amour ont disparus pour laisser place à une sorte de stupidité humaine. Montag, le personnage principal, se rend compte de tout cela et va essayer de raisonner les gens, de retrouver certaines valeurs, mais il va se retrouver confronter à de nombreux obstacles.

L’écriture de Bradbury est très authentique, directe, rien n’est laissé au hasard, et les descriptions sont très belles. J’ai beaucoup aimé ce livre, même si j’ai mis du temps à rentrer dedans, je pense le relire un jour.

 

l'arbre d'halloweenDurant la période d’Halloween, de nombreux titres reviennent, et parmi eux, on trouve L’arbre d’Halloween.

Lorsqu’ils frappent à la porte de Montsuaire pour réclamer des bonbons, Tom et ses copains déguisés en zombies ne savent rien de ce qui les attend… Commence alors un fabuleux voyage dans l’espace et le temps… Une quête fantastique et poétique des origines d’Halloween…
« Tout a commencé quand ? En Égypte, il y a quatre millénaires, pour célébrer l’anniversaire de la mort du soleil ? Ou des millions d’années plus tôt, devant les feux nocturnes allumés par les hommes des cavernes ? Ou dans le ciel de Paris, là où d’étranges créatures sont venues se pétrifier pour devenir les gargouilles de Notre-Dame? »

J’ai adoré ce livre, le voyage proposé, les anecdotes sur Halloween, la plume toujours aussi agréable et poétique de l’auteur. Nous sommes dans un conte, il faut donc garder un peu son âme d’enfant pour apprécier cette lecture je pense.

 

bradbury_ray_chroniques_martiennes Ma lecture la plus récente de cet auteur, et là encore, super moment!

Les Martiens de l’An 2000 de Bradbury ne sont pas très différents des Terriens. Mais ils sont télépathes… parfois sans le savoir. C’est ainsi que, tandis que la première expédition terrestre s’achemine vers Mars, une femme se met à fredonner un air d’une musique inconnue, et des paroles qu’elle ne comprend pas, « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment ». Troublé par cette petite chanson obsédante, jaloux des rêves qui l’accompagnent, son mari accueille la fusée une arme à la main… et c’est la fin de la première expédition terrestre. Qu’advint-il des autres ?

Quelle claque! Quelle vision parfaite de notre époque actuelle! Ce qui est génial avec ce livre c’est que les chroniques peuvent être lues séparément. Alors bien sûr il y a une sorte de fil conducteur mais cela n’est pas grave si on les lit dans le désordre. J’ai d’ailleurs commencé par Le martien. J’ai adoré cette relation entre les Terriens et les Martiens, leurs points communs, leurs grandes différences, l’humour tout au long du récit, c’est vraiment troublant de lire ce livre à notre époque et je me demande ce qu’en ont pensé les gens à sa sortie en 1950! C’est un classique de la science-fiction et je comprends pourquoi! C’est aussi l’année où a été publié Les robots d’Asimov, qu’il faut absolument que je lise!

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s