Sinestra

Sinestra

 

Titre: Sinestra

Auteure: Armelle Carbonel

Editions Ring, 391 pages

 

Résumé

Suisse. 1942.
Le Val Sinestra, refuge isolé au cœur de la vallée des Grisons entouré de monumentales montagnes, accueille un convoi de réfugiés fuyant les horreurs de la guerre. Des mères brisées au bras de leur progéniture, des orphelins meurtris et atteints de désordres psychiques. Mais là où ils croyaient avoir trouvé la paix, les résidents vont réaliser que le mal a franchi la frontière avec eux.

 

Mon avis

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu la plume d’Armelle Carbonel, depuis Criminal Loft que j’avais adoré! Ce livre me faisait grandement envie depuis sa sortie, j’en ai entendu beaucoup de bien, et j’ai attendu que le soufflet retombe un peu pour le lire.

Je pense que ce livre ne répond pas au genre thriller « classique ». Nous sommes ici dans un lieu sombre, entouré de brouillard, de mystères, et tout au long de l’histoire nous allons découvrir avec beaucoup d’intensité tout ce qui se passe au Val Sinestra, et croyez-moi c’est pas rigolo tous les jours.

Nous sommes en compagnie de mères avec leurs enfants, échappant à la Seconde Guerre Mondiale, et venant se réfugier au Val Sinestra. Les maîtres des lieux, Signur Guilon et El Docter ne sont pas des hôtes très accueillant, même si l’on pourrait croire leurs bonnes intentions, on découvre au fil du roman que ce sont des personnages froids, sombres, et aussi brumeux que le Val lui-même.

J’ai beaucoup aimé les points de vues utilisés, ceux d’Ana, Valère, Arthur, et le Val Sinestra lui-même, cela rend la lecture très intense. Je me suis prise au jeu de cette urgence de fuir la guerre, de vouloir à tout prix être sain et sauf, mais à quel prix? Quel cache cet endroit, que cachent leurs hôtes?

C’est un roman extrêmement sombre que nous livre Armelle Carbonel, une histoire qui s’enfonce un peu plus dans le brouillard, dans la nuit, et dont on ne ressort pas indemne. Il se dévore et la plume est particulièrement belle et poétique, en contrepoint avec ce lieu qui semble hanté. Les descriptions sont justes et les émotions très bien retranscrites.

Je m’attendais à un thriller, j’ai donc, de ce point de vue, été un poil déçue, mais cela n’enlève rien à la richesse du roman. La fin m’a laissé perplexe, mais colle très bien à l’ambiance générale donc oui, cela fonctionne.

 

Conclusion

Le Val Sinestra est un lieu sombre et maudit, où les réfugiés qui arrivent n’imaginent rien de ce qui va leur arriver, et vont s’enfoncer peu à peu dans la gueule de cet ancien hôtel, où l’on ne ressort pas indemne. Avec une plume extrêmement fine et poétique, Armelle Carbonel nous embarque dans un roman très noir, qui le reste tout au long des pages.

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s