L’odeur de la colle en pot

L-odeur-de-la-colle-en-pot

 

Titre: L’odeur de la colle en pot

Auteure: Adèle Bréau

Editions JC Lattès, 280 pages

 

Résumé

Septembre 1991. Caroline a treize ans et intègre son nouveau collège. Avec ses parents et sa sœur Charlotte, ils ont quitté la banlieue pour s’installer à Paris, dans un appartement trop grand où les liens se distendent chaque jour.
S’il voulait se rapprocher de ce travail qui le dévore, le père est pourtant de plus en plus absent. Quand il est là, c’est vêtu de ce blouson qu’il ne quitte plus, et de cet air qui semble dire son désir de partir loin.
Autour de l’unique téléphone fixe de la maison se chuchotent les secrets d’une famille en plein chaos : le chagrin de la mère, la fuite du père et les tourments adolescents de l’héroïne, qui déroule le fil de cette année si particulière où l’enfance s’éloigne.

 

Mon avis

Si vous me suivez sur Instagram vous savez quelle à été mon histoire avec ce livre. Pour les autres, je vous la résume ici. J’attendais beaucoup de ce livre, j’avais envie de nostalgie, d’élan des années 90, de me rappeler mes 15 ans même si je les ai eu en fin de décennie, et je me suis laisser enfermée dans mon propre piège!

Le roman démarre sur cette bonne vieille rentrée des classes, où chacun doit prendre une feuille de papier quadrillé, écrire à deux carreaux de la marge son nom, prénom, adresse, profession des parents, etc…. On s’en souvient, on est tous passés par là. Puis les références aux années 90 continuent.

Nous suivons Caroline et sa nouvelle meilleure amie dont j’ai oublié le nom (j’ai vraiment du mal avec les noms des personnages!) pour qui cette année va se dérouler, d’une façon qu’elle n’aurait peut-être pas imaginé. Nous découvrons sa famille, qui a ses problèmes, comme dans toutes les familles. Sur fond de Club Dorothée, de téléphone à cadran et de premiers émois amoureux, Adèle Bréau nous livre les émotions d’une jeune fille qui glisse doucement vers l’âge adulte.

Mais ça je ne l’ai vu qu’à la fin… Car à la moitié du livre je me suis lassée… Lassée de toute cette pluie de références aux années 90, je ne savais pas trop où l’autrice voulait m’emmener… Alors j’ai lu le livre très en diagonale, passant joyeusement des paragraphes, puis je suis arrivée à l’épilogue… Et là j’ai bloqué… Sans vous le dévoiler bien sûr, cet épilogue m’a fait prendre conscience que oui, cette ado est devenue une adulte… que les ados grandissent, que leur enfance disparaisse pour devenir un adulte responsable… que mon adolescence est partie aussi, et que je ne la reverrai plus jamais… Je me suis alors pris une grosse claque en pleine tronche, et ma petite voix m’a dit de reprendre le livre là où j’avais commencé à le lire en diagonale… Et c’est ce que j’ai fait. Comme un besoin de rester encore dans cette adolescence, l’empêcher de s’envoler en s’accrochant aux pages, à l’histoire de Caroline, à cette année laborieuse… Puis arrivée à la fin je crois que la petite fille de treize ans en moi à pleuré, et celle de trente-cinq aussi…

Alors c’est très personnel comme sentiment et vous n’aurez sûrement pas la même impression que moi à la lecture de ce livre, mais une chose est sûre, Adèle Bréau a su appuyer là où ça fait mal, avec une plume très accessible, pas forcément extrêmement poétique ni complexe, elle arrive à nous transmettre les émotions nécessaires pour que ce livre nous marque et nous fasse nous rappeler avec nostalgie cette adolescence que l’on a (plus ou moins bien) vécue…

 

Conclusion

Je peux relire ce livre encore et encore?… M’en imprégner?… Vous pensez qu’il peut me rendre mon adolescence? Parce qu’on ne va pas se mentir, être adulte c’est parfois un peu chiant non? 😉

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s