Semaine à 1000 du Petit Pingouin Vert

Cette semaine, et comme toutes les semaines depuis au moins un an et demi, je participe à la Semaine à 1000 de Lisa alias Petit Pingouin Vert. En ce moment j’ai beaucoup de temps pour lire, et j’ai pu terminer livres. Je vous les propose en chroniques express 🙂

principes mortels

Principes mortels, de Jacques Saussey, 275 pages

Eté 1979. Franck Servin, 18 ans, fuit le naufrage du foyer familial pour réviser son bac. Il trouve refuge chez son oncle et sa tante, dans une ferme isolée de la Creuse où quatre ans plus tôt, son cousin a trouvé la mort sur une route qu’il connaissait pourtant depuis son enfance. Cette tragédie a ouvert une. plaie qui ne s’est jamais refermée. Elle ronge insidieusement le coeur de ses proches et attend son heure pour frapper de nouveau.

J’ai adoré ce thriller. Une histoire racontée au présent à deux périodes, par la même personne, Franck. Nous le suivons l’été de ses 18 ans, il va découvrir de sombres secrets de famille qui auront pour point de départ le souvenir de l’accident de son cousin trois ans plus tôt. Pourquoi? Etait-ce vraiment un accident?

Ici pas d’enquête, juste Franck et ses questionnements, et c’est ce qui m’a plu, c’est assez intime et oppressant. J’ai beaucoup aimé l’ambiance et le personnage de Franck qui se dévoile au fur et à mesure. Son oncle et sa tante sont pris au piège dans leur tristesse d’avoir perdu leur enfant et les soudains problèmes de santé de son oncle vont impliqué Franck un peu plus dans le passé de son cousin, au cœur de la campagne.

Un très bon thriller qui se lit tout seul. Je reviendrai avec plaisir dans l’univers de Jacques Saussey!

Le premier du jour du reste

Le premier jour du reste de ta vie de Virginie Grimaldi, 330 pages

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins.

J’ai passé un très bon moment avec ce petit livre. On sent que c’est le premier et qu’il y a quand même quelques pistes assez facilement détectables, mais pourquoi pas après tout. Les trois héroïnes sont très attachantes et l’histoire est pleine de rebondissements.

J’ai aimé suivre cette croisière un peu loufoque, avec certes des personnages parfois clichés mais tellement drôle. L’heroïne principale se remet beaucoup en questions sur sa vie et ses choix et on sent déjà la future plume de Virginie Grimaldi, authentique, touchante, qui donnera d’autres beau roman comme le dernier sorti Quand nos souvenirs viendront danser. J’ai encore Tu comprendras quand tu seras grande qu’il me.restera à lire et j’aurais dévoré toute l’œuvre d’une autrice que je ne pensais pas lire il y a 3 ans et que je retrouve maintenant avec une grande joie à chaque parution!

Hotaru

Hotaru, de Aki Shimazaki, 136 pages

A la saison des lucioles (hotaru), lorsqu’elle rend visite à sa grand-mère Mariko Takahashi, Tsubaki est loin de se douter que celle-ci lui confiera bientôt le secret qui ronge sa vie depuis cinquante ans, incapable qu’elle fut de le révéler à son mari. Etudiante en archéologie, Tsubaki apprend à travers cette confession les lois cruelles de la vie : l’innocence et la naïveté des jeunes filles sont souvent abusées par les hommes de pouvoir et d’expérience, et leur destinée s’en trouve à jamais bouleversée

Cinquième et dernier tome du Poids des secrets, je dois dire que j’ai lu celui ci un peu tard et trop éloigné des autres. J’aurais vraiment dû prendre des notes durant les précédents pour me retrouver dans celui ci. Mais j’ai tout de même adoré retourner au Japon sous la plume toujours aussi douce mais directe de Aki Shimazaki.

Je ne peux pas vous raconter ce tome car je vous spoilerai, mais je n’ai pas eu l’impression.qu’il clôturai la saga, mais je pense que ça vient de moi, il faudrait que je les relise à la suite. Je me lancerai avec plaisir dans Au coeur du Yamato prochainement.

Le Chateau

Les ferrailleurs, tome 1, Le château, d’Edward Carey, 471 pages

Au milieu d’un océan de détritus composé de tous les rebuts de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, assemblage hétéroclite d’objets trouvés et de bouts d’immeubles prélevés à la capitale, abrite cette étrange famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier, dont il devra prendre soin toute sa vie. Clod, notre jeune héros, a ainsi reçu une bonde universelle – et, pour son malheur, un don singulier : il est capable d’entendre parler les objets, qui ne cessent de répéter des noms mystérieux…

Ah ce livre, ça doit faire trois ans que j’avais envie de le lire. Enfin! J’ai adoré cette ambiance très sombre et gothique, avec cette demeure mystérieuse, ces objets attachés à leur propriétaire qui ont une particularité si importante. Le personnage de Clod est extra. Son pouvoir de pouvoir entendre les objets parler est vraiment bien développé, et j’ai aussi beaucoup aimé Lucy,  lui et elle forment un duo assez improbable mais qui fonctionne tout a fait.

L’ambiance Tim Burton est très efficace et les illustrations de début de chapitres ainsi que la carte du château plongent le lecteur au cœur de ce Londres si particulier. Je lirai la suite avec grand plaisir!

 

Après cette boulimie livresque j’ai eu un petit passage à vide dans la semaine. J’ai commencé deux livres (Le dahlia noir et Charley Davidson) mais je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire. J’ai donc fouillé ma PAL selon mon humeur, et c’est un thriller qui en est ressorti.

 

avant d'aller dormir

Avant d’aller dormir, de S. J. Watson, 470 pages

À la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’ hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence.

J’attendais pas mal de ce livre je dois dire. Je n’avais pas vu le film mais on m’en avait dit du bien. Et malheureusement ça ne l’a pas fait pour moi. Malgré un début plutôt intéressant, je me suis au final vite lassée.

J’ai bien aimé cette idée de perte de mémoire, avec une ambiance un peu huis clos car il y a au final peu de personnages, mais je ne pouvais pas m’empêcher de m’imaginer dix mille scénarios et mon cerveau allait parfois plus vite que le déroulé de l’histoire!

Je n’ai pas trouvé le suspense thriller que j’attendais et j’ai même sauté quelques lignes d’ennui… ce n’est pas bon signe. Je suis exigeante en matière de thriller et je sais rapidement ce qui ne me plait pas. Mais bon, je suis contente de l’avoir lu et d’avoir ma propre opinion sur ce livre.

comment papa

Comment papa est devenu danseuse étoile, de Gavin’s Clemente-Ruiz, 224 pages

Depuis qu’il est au chômage, Lucien Minchielli, 47 ans, est affalé sur le canapé du salon. Sophie, sa femme, n’en peut plus. Un jour, subitement, il reprend le sport et s’inscrit au cours de danse de sa fille Sarah, qui en est mortifiée. Paul, le petit dernier, se réfugie chez sa grand-mère, une ancienne danseuse étoile du Bolchoï que son mari a abandonnée à l’annonce de sa grossesse. Si la danse est une histoire de famille chez les Minchielli, Lucien s’était jusque-là bien gardé de s’y intéresser. Comment la famille va-t-elle survivre à ce nouvel épisode qui bouscule tout leur équilibre ? Lucien va-t-il finir par s’expliquer sur cette soudaine et incompréhensible lubie ?

Changement radical de style! J’avais adoré Le club des feignasses et je savais que ce petit livre allait être une valeur sûre! J’ai eu raison!

L’histoire est très bien trouvée, ce père de famille perdu et au chômage, avec un lien familial fort en lien avec la danse, cache en fait une lecture très touchante sur la famille, l’ambition et l’acceptation. J’ai beaucoup aimé et j’ai été très agréablement surprise de croiser des références pointilleuses sur le milieu de la danse! Une réussite qui confirme que cet auteur est vraiment une valeur sûre pour moi!

Little Rock

Little Rock, 1957, de Thomas Snégaroff, 336 pages

4 septembre 1957, Little Rock, Arkansas, rentrée des classes sous le signe de la fin de la ségrégation scolaire. Les neuf enfants noirs inscrits au lycée jusque-là réservé aux seuls blancs sont encerclés par une foule hystérique. La photographie de l’une des Neuf, Elizabeth Eckford, 15 ans, huée et insultée, fait la une des journaux le lendemain. L’Amérique est bouleversée. Commence alors un bras de fer qui oppose le gouverneur de l’Arkansas Orval Faubus au président des états-Unis Dwight Eisenhower.

Je savais en achetant ce livre l’an dernier au SMEP, que j’allais l’adorer! Et oui, je ne m’étais pas trompée. J’avais déjà lu Sweet Sixteen, un roman jeunesse qui parle du même évènement, mais ici nous sommes dans les faits.

Cette rentrée scolaire n’est pas juste l’histoire…d’une rentrée scolaire justement. Thomas Snégaroff nous livre un vrai travail de recherches sue les antécédents de cette ville, ce souhait de mixité entre Blancs et Noirs à une époque et dans un lieu touché par la ségrégation.

Ce récit est bouleversant et tragique. Ce qui arrive à ces pauvres futurs élèves est incroyable. On ressent le contexte politique qu’il y a derrière, et je recommande ce livre à tous pour en savoir plus sur cet évènements de l’Histoire.

 

Et voilà, j’ai donc achevé cette semaine à 1000 avec un petit 2483 pages… en sachant que j’ai eu énormément de temps pour lire 😊

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s