Moi, Peter Pan

G01418

Titre: Moi, Peter Pan
Auteur: Michael Roch
Editions Folio SF, 135 pages

Résumé

« – Tu pleures ?
Les montagnes sont bleues derrière ses yeux. Une couleur de pluie passée qui regarde, une fois au sol, le souvenir amer de son nuage.
– Peter, répète-t-elle, tu pleures ? »

Offrant une nouvelle vision du personnage, complémentaire et à la fois détachée de celle imaginée par James M. Barry, Michael Roch revisite le mythe du garçon qui ne veut pas grandir.

Moi, Peter Pan est un roman contemplatif, onirique et d’une poésie saisissante à lire en empruntant le chemin vers la deuxième étoile à droite avant de filer tout droit jusqu’au matin…

 

Mon avis

Merci aux Editions Folio et à Julie pour l’envoie de ce livre.

Peter Pan, cet éternel enfant, ce syndrome qui fait sourire, ce dessin animé Disney que l’on a regardé un jour en rêvant de voler nous aussi un jour grâce à la poussière d’étoile de Clochette. Tout le monde connaît cette histoire. Pourtant ici, nous sommes après le passage de Wendy, dans un instant de vie de Peter, qui s’avère être un personnage sûr de lui, espiègle et qui n’a pas sa langue dans sa poche.

Cette histoire se lit assez vite, et certains passages sont très poétiques, très beau. Ce récit est un OVNI, suspendu dans le temps, au Pays Imaginaire. Il ne faut pas s’attendre à une histoire de Peter Pan et les enfants perdus, ici l’auteur nous livre un petit bout de vie, avec beaucoup d’imagination, de poésie, d’enfance, de peur de grandir et de dialogues improbables avec un crabe ou un crocodile.

Il faudra être rester un enfant pour profiter de cette histoire, sans jugement, juste à écouter les interrogations de Peter sur la vie, sa vie, sa tristesse depuis que Wendy est partie.

 

Conclusion

Un beau récit onirique dans lequel il faut se laisser embarquer et avoir garder son âme d’enfant pour se laisser voler aux côtés d’un Peter Pan songeur, espiègle, en rogne contre les adultes, mais tout de même attachant.

Publicités

3 commentaires

  1. Il me tente énormément ce livre! Parce que j’ai gardé mon âme d’enfant mais que je connais aussi les désillusions de l’âge adulte. Je l’ajoute à ma WL dans cette sublime version poche (cette couverture d’Aurélien Police est divine).

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s