La seconde vie de Rachel Baker + Bonus

la seconde vie de rachel baker

 

Titre: La seconde vie de Rachel Baker

Auteure: Lucie Brémault

Editions Librinova, ebook

 

Résumé

Rachel Baker est serveuse dans un diner perdu au fin fond de l’Alabama. Un soir parmi tant d’autres, trois hommes armés font irruption dans le restaurant et assassinent tous les clients devant ses yeux, la laissant seule au milieu du carnage. Traumatisée, Rachel ne sera plus jamais la même.

Ses choix l’amèneront à croiser le chemin de Follers, un flic bourru à la sensibilité cachée, mais aussi celui de tant d’autres personnes qui marqueront sa vie à tout jamais.

Et si rien n’arrivait par hasard ? Et si la vie en avait décidé autrement pour Rachel Baker ?

 

Mon avis

Je remercie Lucie de m’avoir contacté pour l’envoi de ce livre.

Je ne m’attendais pas à ce livre en lisant son résumé. Je ne pensais pas aller si profondément dans ma lecture au point d’en être vraiment marquée. Ce livre m’a bouleversé.

Je ne sais pas par où commencer. Au départ, Rachel est une serveuse dans un diner aux États-Unis, mais le lecteur n’en saura pas plus car dès le premier chapitre tout va très vite. Les agresseurs arrivent et tirent. Des morts. Beaucoup. Mais Rachel est en vie. Seule. Traumatisée pour toujours.

J’ai eu le souffle coupé à la fin de ce chapitre. Puis doucement, l’histoire démarre. L’autre. celle de l’enquête, du pourquoi, du après. Après cet évènement la vie continue. La vie doit-elle continuer? Quelle issue pour Rachel? Une nouvelle vie, ou bien mettre un terme à tout ça?

Je ne veux pas trop vous en révéler car ce livre va de surprises en surprises. On n’a pas le temps de respirer, on se sent courir, fuir. S’échapper de la réalité de Rachel, trouver un nouveau souffle, une issue. Mais elle ne choisira pas la bonne, et la réalité la rattrapera.

Je me suis posée énormément de questions lors de ma lecture. Comment survivre après un attentat? Y a-t-il un bon choix? DOIT-ON faire un choix? Comment se reconstruire? Puis au fil de la lecture et des évènements, je me suis retrouvée entourée de femmes. Toutes différentes, toutes blessées par la vie, enfermées dans un même lieu. Et j’ai découvert ces femmes, leurs histoires, leurs faiblesses. Et là je me suis attachée à chacune d’elles, il était impossible de les oublier. Impossible de les quitter.

L’histoire de Rachel est une histoire parmi d’autres, mais ce qui la rend forte c’est la manière dont son auteure la raconte. Avec ses mots. Avec son jugement, et parfois sans jugement, juste des ressentis, des impressions. La parole de Rachel, ses pensées. Et aussi celle de l’inspecteur Follers, qui m’a, j’avoue, un peu moins marqué. La plume de Lucie est géniale. Ultra immersive, très réaliste et très touchante.

Je ne voulais pas quitter ce livre. J’ai rarement été aussi attachée à un bouquin. Je voulais en savoir plus, vivre encore avec eux. J’ai donc décidé de demander à l’auteure de nous en dire un peu plus sur ce livre… Voici ses réponses:

Comment t’es venue l’idée de ce livre?

Je voulais écrire sur l’histoire d’une femme qui a vécu un traumatisme mais qui s’en sort grâce aux autres. Je voulais parler de la résilience des femmes.
Et que cette résilience passe par la rencontre d’autres personnes.

Pourquoi l’histoire se déroule-t-elle aux USA et pas en France?

Parce que j’ai un attachement particulier avec les États-Unis et l’imagerie américaine. Les paysages, l’espace, l’ambiance m’inspirent beaucoup plus.

Quelles sont tes influences en matière de lectrice et auteure?

Je suis énormément influencée par la littérature américain : les polars, les livres de James Ellroy, Michael Connelly ou Donald Ray Pollock. J’aime énormément les romans noirs.

Quel(s) moment(s) as tu eu le plus de plaisir à écrire, et le plus de mal à écrire?

J’ai adoré écrire la scène d’ouverture. Car tout se jouait dans les détails et l’émotion. Les moments intimes de Rachel et Follers aussi ont été un plaisir à écrire car j’ai voulu jouer dans la subtilité. Le plus de mal c’est souvent en plein milieu du livre. Tu ne veux surtout pas ennuyer le lecteur alors tu peux avoir du mal à trouver le rythme parfait.

Et tu t’es dirigé vers l’autoédition par choix? Tu voudrais être publiée chez une plus grande maison?

Oui c’était un choix. Je n’ai pas essayé de l’envoyer ailleurs. J’espère plutôt être repérée. J’ai peur que d’envoyer à des maisons d’éditions traditionnelles et essuyer un tas de refus me fasse perdre ma motivation. J’ai très peur de l’échec. En tout cas, je rêverai être éditée chez Point ou Calmann-Lévy par exemple. En tout cas il y a énormément d’éditeurs qui vont sur Librinova pour aller à la pêche de nouveautés. J’ai 3 éditeurs qui sont en train de lire mon livre apparemment. Donc je croise les doigts.

Est-ce que tu envisages une suite à ce livre?

En fait je suis en train d’écrire la première affaire de Follers qui se passe en 1993. C’est l’affaire disons qui a « créée » le personnage.

As-tu visité des endroits particuliers pour écrire ce livre?

J’ai vécu 3 mois à Los Angeles donc je connais un peu les paysages. Je regarde aussi énormément de films qui m’inspirent et je peux parfois utiliser des photographies pour m’aider dans ma rédaction.

Merci à Lucie pour ces réponses, et foncez lire La seconde vie de Rachel Baker!

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s