Les heures rouges

les heures rouges

 

Titre: Les heures rouges

Auteure: Leni Zumas

Editions Presse de la Cité, 395 pages

 

Résumé

États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, cinq femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère. Ro, professeure célibataire de quarante-deux ans, tente de concevoir un enfant et d’écrire la biographie d’Eivor, exploratrice islandaise du XIXème. Des enfants, Susan en a, mais elle est lasse de sa vie de mère au foyer – de son renoncement à une carrière d’avocate, des jours qui passent et se ressemblent. Mattie, la meilleure élève de Ro, n’a pas peur de l’avenir : elle sera scientifique. Par curiosité, elle se laisse déshabiller à l’arrière d’une voiture… Et Gin. Gin la guérisseuse, Gin au passé meurtri, Gin la marginale à laquelle les hommes font un procès en sorcellerie parce qu’elle a voulu aider les femmes.

 

Mon avis

Je remercie Léa et Presse de la Cité pour l’envoi de ce livre.

J’aurais la chance vendredi, de rencontrer Leni Zumas lors du Festival America, je voulais vraiment lire ce livre avant la rencontre, et je pense que j’aurais beaucoup de plaisir à écouter parler cette auteure de son livre, car il m’a dérangé…

Tout d’abord l’écriture. On est perdu. Pas d’indice de temporalité ni de lieu d’action (sauf dans le résumé, « États-Unis, demain »). Ensuite, les personnages. Nous suivons quatre femmes d’âges différents, de professions différentes mais sans donner leurs noms, ou très rarement, mais du moins pas au début. J’ai dû retourner plusieurs fois à la quatrième de couverture pour savoir qui était qui. Chaque chapitre correspond à un personnage, j’aime bien car cela tiens un peu en haleine. Mais ici, je restais très distante avec ces femmes, elle me paraissaient tellement froides, et on ne les décrit que par leur métier. puis j’ai compris… Elle n’existent qu’à travers leur fonction.

La guérisseuse, la biographe, l’épouse, la fille. Elle ne sont pas des femmes à part entières. Mais pourquoi? Et bien c’est très simple, car nous ne sommes plus dans un monde où chacun existe et est libre de ses faits et gestes, nous sommes dans une autre réalité, celle où une loi va être promulguée aux États-Unis, contre l’avortement, contre la liberté d’adopter si l’on est pas en couple… une réalité bien trop proche de la nôtre actuellement, avec tous les débats sur l’IVG et les droits des femmes menacés. On se rapproche de La servante écarlate…

À partir du moment où j’ai compris le propos profond du livre, le fait de mettre de la distance envers ces femmes, envers ce monde, le laisser neutre, mais le laisser être, j’ai accepté ce livre. J’ai accepté de me laisser emporter par cette histoire qui fait froid dans le dos. Ces femmes se connaissent pour certaines, elles sont en danger, chacune à sa manière, et le temps file, et cette loi affreuse va être promulguée. En écrivant encore maintenant, j’ai une petite boule au ventre, je me sens mal, marquée. Et si cela arrivait vraiment? On ne peut pas s’empêcher de se poser la question…

Quel prix serions-nous prêtes à payer pour avoir un enfant, et quel prix pour avoir le droit d’avorter? Que voulons-nous pour notre avenir, et l’avenir de nos enfants?… Ce livre pose de bonnes questions, et nous n’avons pas vraiment de réponses…

 

Conclusion

Ce livre marque, c’est certain. Passez outre le style froid, les personnages distants, et souvenez-vous qu’il est question de droits des femmes, de liberté, de futur, et alors vous réussirez à entrer dans ce livre terriblement actuel et violent de réalité.

Publicités

Une réflexion sur “Les heures rouges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s