Hiver à Sokcho

G01562_Hiver_a_Sokcho.indd

 

Titre: Hiver à Sokcho

Auteure: Elisa Shua-Dusapin

Editions Folio, 160 pages

 

Résumé

À Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n’est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration depuis sa Normandie natale. C’est l’hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l’encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes.

 

Mon avis

Merci à Folio et à Julie pour l’envoi de ce livre!

Je ne lis jamais de livre se déroulant en Corée, c’était une première pou moi. Dès le départ, j’ai été envoutée par une plume très poétique, douce et enveloppante. Pourtant, sur la durée, je suis déçue.

Hiver à Sokcho est un roman très court, une rencontre entre une franco-coréenne et un auteur de bande dessinée. Autour d’eux va se tisser une histoire, fragile, sensible, effleurée. Je ne peux pas vous en raconter plus car ça serait trop en dévoiler.

Pourtant, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, je les ai trouvé trop froids, trop distants. Je ne sais pas à quoi c’est dû, car le style de l’auteure est très doux, très beau, tout en délicatesse. À certains moments dans ma lecture, c’est comme si le temps s’arrêtait. J’ai beaucoup aimé la plume, cependant, elle ne m’a pas assez marqué pour que je réussisse à entrer dans cette histoire, pleine de non-dits, de murmures, de déduction. Je crois que j’aurais voulu que cela soit un peu plus développé, avec un peu plus de description sur les émotions, les ressenti. Ou peut-être n’étais-je pas dans le bon jour pour le lire. J’ai en revanche beaucoup aimé les dernières phrases, tojours en douceur et en poésie.

 

Conclusion

Malgré un style d’une grande finesse, je n’ai pas réussi à rentrer dans cette histoire, mais je pense qu’il pourra plaire à beaucoup de monde, si on accepte de faire une pause dans son quotidien et de se laisser bercer par une rencontre fragile et poétique.

 

Publicités

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s