Yellow Cab

yellow cab

 

Titre: Yellow Cab

Auteur: Benoit Cohen

Editions Flammarion, 236 pages

 

Résumé

New York juin 2015. Benoit Cohen décide, pour les besoins de l’écriture d’un scénario, de devenir chauffeur de taxi à l’instar de son héroïne. C’est ainsi qu’il va sillonner pendant plusieurs mois Manhattan, Brooklyn ou encore le Bronx au volant d’un taxi qu’il loue chaque matin et à bord duquel il espère trouver l’inspiration et apprivoiser sa capitale d’adoption, insolite et frénétique. Avant ça, il devra passer sa licence dans une école du fin fond du Queens, Français parmi les migrants de tous les pays à la recherche d’un « rêve américain » encore possible.

 

Mon avis

Merci à Benoit Cohen pour l’envoi de ce livre!

J’avais adoré Mohammad, ma mère et moi, et je savais parfaitement que ce livre allait être également un coup de coeur. Ça n’a pas loupé!

Ce récit est un vrai plaisir à lire. Nous découvrons New York et ses citoyens, sur la banquette de Benoit Cohen, qui se glisse, le temps de quelques mois, dans la peau d’un taxi driver pour les besoin d’un scénario. Cette ville est pleine de surprises, New York, le rêve américain, tout ça on connaît. Mais quoi de mieux pour « vivre New York » que de devenir chauffeur de taxi? Je pense que cela fait parti des métiers les plus immergent pour connaître une ville, car on voit à travers cette fonction, tout un panel de gens qui font ce qu’est la ville, au final.

Benoit Cohen va passer par tout une paperasse administrative avant d’avoir ENFIN sa licence, et une voir le sésame en poche, on suit l’auteur dans son taxi! Et à partir de là, nous découvrons New York à travers ses habitants, du matin ou du soir, avec ou sans pourboires, Benoit Cohen nous livre tout de ses passagers. De la mère de famille qui emmène ses enfants à l’école, au vieux bourgeois qui laisse 20cts en pourboire, en passant par le couple sexuellement très actif, les muets, les bavards, les tristes, les agacés, les sympas… l’auteur nous immerge totalement dans cette ville.

J’ai retrouvé la plume fluide de l’auteur que j’avais beaucoup aimé dans son dernier roman et ce fût un vrai bonheur de lire ce récit, d’en découvrir un peu plus sur le métier difficile de taxi. Entre la location du véhicule, les différents PV pour telle ou telle raison, on se rend compte que l’addition n’est parfois pas si positive que ça. Par contre quelle immersion! J’aime cette ville et j’ai adoré la retrouver ici.

Au départ, Benoit Cohen a l’idée de ce scénario, et c’est ce qui va l’inciter à devenir taxi. On voir au fur et à mesure du livre que ce métier est ingrat. Le chauffeur de taxi est parfois confident, souffre-douleur, parfois invisible aussi… Un déjeuner souvent pris à la va-vite dans le taxi et hop on repart. Puis la course… à la course justement! Les taxis sont un peu maître d’eux-même, si ils prennent peu de clients, ils perdent de l’argent, cela peut presque devenir une drogue; se lever plus tôt pour avoir un meilleur véhicule, calculer son temps de retour au garage pour ne pas avoir de pénalité si on rend son taxi en retard. Ce boulot est un vrai stress de base, mais en plus dans une ville comme New York, je n’imagine même pas!

Cette histoire se lit toute seule et est vraie à 90%, j’en aurais bien repris 200 pages de plus.

 

Conclusion

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le style de Benoit Cohen dans ce récit. C’est original comme histoire, ultra réaliste, et pour cause! Et on se rend compte de ce dur métier qu’est chauffeur de taxi dans une ville si imprévisible qu’est New York. Je vous le recommande chaudement.

Publicités

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s