La mémoire sous les vagues

La-memoire-sous-les-vagues
Titre: La mémoire sous les vagues
Auteure: Laurence Couquiaud
Editions Pocket, 352 pages

Résumé

Une photographe franco-japonaise vit le séisme du 11 mars 2011 à Tokyo. Sans nouvelles de sa grand-mère, elle part à sa recherche dans la zone sinistrée par le tsunami. A Yokohama en 1863, O Kanekichi, geisha de renom, divertit les membres de la communauté occidentale naissante. Elle se lie à un peintre célèbre et à son associé, photographe immortalisant le Japon en voie de disparaître. Les destins de leurs familles s’entremêlent au fil de grands événements historiques, de tragédies et de rencontres amoureuses. Du passé et de la boue surgissent des vestiges, des images, le choix d’occulter les souvenirs ou la nécessité de les transmettre.

Mon avis

Je remercie Emmanuelle de Pocket pour l’envoi de ce livre!

Je referme tout juste ces pages, et je suis transportée. j’ai adoré ce livre! Cette chronique ne sera donc pas très objective 🙂

Lorsque j’ai commencé à voir ce livre sur quelques comptes instagram, c’est d’abord la couverture qui m’a sauté aux yeux. Elle est superbe. Je ne connaissais rien de l’histoire, mais je DEVAIS lire ce livre. Je savais que j’allais l’aimer, mais ce que je ne savais pas, c’est que j’allais l’adorer…

Dans ce récit, nous suivons deux histoires en alternance, une se passant durant le XIXème siècle, et l’autre, en 2011, juste au moment de la tragédie de Fukushima. Kané et Yukiko sont deux femmes au destin fort, et vont se retrouver étroitement liées, on s’en doute dès les premières pages. Kané, jeune geisha qui vit et travaille à Yokohama, va faire la rencontre d’un homme occidental dont elle va tomber amoureuse, pourtant elle cache un secret lourd de conséquences, et le lecteur verra la vie de cette femme se dérouler, dans un Japon à une période charnière de son histoire. Yukiko, quant à elle, se retrouve non loin de Fukushima, et nous décrit le séisme et ses conséquences avec une puissance dingue, ses retrouvailles avec sa grand-mère, et la découverte d’une partie de son histoire familiale qu’elle va découvrir au fur et à mesure.

Je ne suis pas difficile à convaincre quand il s’agit de lire un roman sur le Japon. Depuis Geisha, je suis très curieuse de lire encore plus de livres se déroulant à l’époque des geishas, cette culture me passionne. C’est avec un grand bonheur que j’ai lu ce livre. Non seulement Laurence Couquiaud nous raconte une histoire passionnante, mais en plus, elle le fait avec une plume d’une poésie incroyable. Certains passages et certaines descriptions méritent d’être lus plusieurs fois pour en savourer toute la beauté. J’ai été complètement emballée par ce récit, par l’amour qui nourrit les deux héroïnes et les tragédies qu’elles vivent chacune en leur temps.

Dès les premières lignes on ressent ce séisme qui a touché le Japon le 11 mars 2011, on vit ces instants terribles qui resteront gravés à jamais dans la mémoire de ces japonais. L’auteure a vraiment une « plume réelle », pas besoin de chercher à se projeter dans ce roman, on nous prend par la main pour vivre à Yokohama ou Tokyo, on entend ces bruits angoissants, ces gens inquiets, ou ces paysans qui travaillent, cette musique dans les maisons à thé qui accompagne les geishas, tout est réel, tout est vécus, et nous le vivons nous aussi.

Peu à peu l’étau se resserre et nous arrivons à la fin de cette belle et terrible histoire, la gorge serrée mais le coeur rempli d’amour par et pour Kané et Yukiko.

Conclusion

Quel beau roman! Laurence Couquiaud nous livre un roman grand et puissant sur un Japon « entre tradition et modernité » même si je déteste cette expression car elle est banale, pourtant, entre la tradition et la modernité se tisse des vies, des histoires et ce roman nous en livre toute la beauté.

Publicités

4 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s