Il est grand temps de rallumer les étoiles

grimaldi etoiles

 

Titre: Il est grand temps de rallumer les étoiles

Auteure: Virginie Grimaldi

Editions Fayard, 387 pages

 

Résumé

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée. À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour. Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire. Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

 

Mon avis

Merci beaucoup aux Editions Fayard et à Marie-Felicia pour cet envoi!

Je referme tout juste ce livre, et il fera parti de mes « coup de coeur de vie », ces romans qui marquent, que l’on prend plaisir à relire plusieurs fois dans sa vie…

J’avais découvert Virginie Grimaldi l’an dernier avec Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie, qui m’avait valu mes premières larmes littéraires (Merci Virginie hein!!!!!! ^^) et dès que j’ai vu que le dernier allait sortir prochainement, j’ai UN PEU sauté dessus j’avoue, et Marie-Felicia a eu la gentillesse de me l’envoyer avant sa sortie.

Non, je n’ai pas pleuré. Je connais maintenant la plume de l’auteure, et cette fois je ne me suis pas laissée avoir, HA!! Mais j’en ressors bouleversée, grandie, épanouie, heureuse d’avoir voyagé avec Anna, Lily et Chloé à bord de ce bus magique…. Oui c’est un camping-car mais c’est ma chronique, je fais ce que je veux, si je veux mettre une référence aux années 90 je le fais, Virginie Grimaldi avait bien fait jurer sur la tête de Drazic l’an dernier alors bon…

J’ai ri, mais qu’est-ce que j’ai ri!!! Les trois personnages principales (oui ce sont trois femmes, le féminin l’emporte, NA!) sont ultra attachantes, et on s’y identifie très facilement. Pour peu que l’on ai passé les trois âges, l’identification est d’autant plus facile (Non je n’ai pas encore 37 ans, merci…).

Le style de l’auteure est extrêmement efficace. Drôle, touchant, authentique, je me suis retrouvée dans énormément de situations du livre et c’est un gros point fort, que l’auteure réussisse à nous faire passer tant d’émotions, à parler directement à chaque lecteur qui croisera le chemin de ce livre.

C’est comme si Virginie Grimaldi était un peu notre « maman littéraire », celle à qui on a envie de faire un câlin, qui trouve les mots justes à poser sur nos doutes, nos peurs. Elle fait traverser à ses personnages l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte, avec ce camping-car. Nous roulons avec elle, avec elleS tout au long du livre, et nous les quittons avec un gros pincement au cœur, car personnellement j’aurais bien passé quelques années de plus avec Lily qui m’a fait pleurer de rire plus d’une fois! (page 59 bon sang!!!).

Anna est une mère dans le doute, qui veut tout ce qu’une mère peut souhaiter à ses enfants, mais qui est prise au piège par ses peurs. Ce coup de tête de partir à l’aventure, qui oserait le faire? Pas moi en tout cas… Et vous? On va assister, tout au long du roman, à une évolution de nos trois personnages, avec une alternance de points de vue, ce qui dynamise la lecture et donne l’impression d’être totalement aux côté d’Anna, Chloé et Lily.

On referme le livre le sourire au lèvres, et moi j’attends patiemment de voir l’auteure bientôt pour me procurer ses autres livres!

 

Conclusion

Parfait pour cette période de l’année, parfait pour passer un moment extra, drôle, touchant, vrai, foncez!!!!

 

Publicités

4 commentaires

  1. J’avais beaucoup aimé « Tu comprendras quand tu seras plus grande », je m’attendais à un roman feel-good lambda et finalement je suis passée du rire aux larmes. Virginie Grimaldi a une plume très humaine, et même si cela ne se dit pas, je ne trouve pas de terme plus juste pour décrire ce qu’elle transmet.
    Ta chronique me donne très envie de découvrir son nouveau titre 🙂

    J'aime

  2. Hello,
    Tu ne peux que donner envie de le lire avec cet article ! Et j’espère sincèrement avoir le même sentiment que toi après la lecture. Je n’ai jamais lu pour ma part de livres de cet auteur mais le souhait est désormais présent.
    Belle journée.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s