La prunelle de ses yeux

La prunelle de ses yeux

 

Titre: La prunelle de ses yeux

Auteure: Ingrid Desjours

Editions France Loisirs, 440 pages

 

Résumé

Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie… Les années ont passé et l’aveugle n’a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c’est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions…

 

Mon avis

Et BIIIIIM une claque de plus!! J’avais adoré Les fauves de la même auteure, et là Ingrid Desjours revient en force! Je ne m’en remets toujours pas…

L’avantage de mon édition qui vient de chez France Loisirs, est que la préface est d’Ingrod Desjours elle-même. Ce qui permet au lecteur d’en découvrir encore plus sur l’histoire et son cheminement. Personnellement je ne l’ai lu qu’après avoir fini le livre, car je ne voulais pas trop en savoir sur les sujets traités ni les personnages. Je vous conseille vraiment cette édition car elle est très enrichissante sur le contenu.

Quelle histoire de fou! Victor et son père Gabriel, la jeune Maya, que l’on va suivre treize ans plus tard, les sujets traités dans le livre, l’homosexualité, l’antisémitisme, l’alcool, et la manière dont l’auteure les amène est parfaite! Ces personnages sont attachant, tous autant qu’ils sont (bon, sauf Tancrède, Tancrède est un gros bâtard de première, encore pire que tout ce que vous pouvez imaginer!!!), Ingrid Desjours en a fait des gens solaires, lumineux, qui se révèlent au fur et à mesure du roman, et qu’on ne peut qu’aimer!

Le style d’écriture mélange première et troisième personne, et chaque chapitre est consacré à un personnage. On sent que le principal est Victor, le fils de Gabriel, il écrit à la première personne et peut davantage toucher le lecteur en révélant ses pensées, ses doutes, ses peurs… Mais c’est aussi le cas pour Gabriel et Maya, même si c’est l’auteure qui parle, ces deux personnages au lien si fort m’ont aussi un peu fait penser aux deux héros du roman Les fauves, on sent cette animosité, cette rage et cette force entre eux.

J’adore les thrillers, et j’aime encore plus quand on sent que l’auteure est impliquée dans son histoire. Ici, Ingrid Desjours nous raconte qu’elle s’est elle-même bander les yeux pour vivre quelques heures comme un aveugle, qu’elle a fait un travail de recherche aussi de vocabulaire à éviter, à employer, bref, un gros travail de ce côté-là à été fait, et c’est aussi ce qui fait la force de ce roman, c’est très authentique.

Le dénouement est extra, même s’il peut paraître un peu cliché peut-être pour certains, je me suis complètement laisser embrigader dans cette fin, et j’ai adoré!

 

Conclusion

Encore une fois, Ingrid Desjours sait donner de la profondeur à son histoire, une vraie cohérence et un dénouement parfait! Merci!! Et vivement le prochain!

 

=> 9/10

Publicités

5 réflexions sur “La prunelle de ses yeux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s