Mémé dans les orties

mémé

 

Titre: Mémé dans les orties

Auteure: Aurélie Valogne

Editions Le livre de poche, 252 pages.

 

Résumé

Ferdinand Brun est atypique.
Le genre de vieux monsieur qui boude la vie et s’ennuie à (ne pas) mourir.
Tel un parasite, il occupe ses journées en planifiant les pires coups possibles qui pourraient nuire et agacer son voisinage.
Il suffit d’un nœud qui se relâche et laisse partir son seul compagnon de vie, Daisy sa chienne, pour que tout s’écroule.

Quand Juliette, une fillette de dix ans, et Béatrice, la plus geek des grands-mères, forcent littéralement sa porte pour entrer dans sa vie, Ferdinand va être contraint de se métamorphoser et de sortir de sa chrysalide, découvrant qu’il n’est jamais trop tard pour commencer à vivre…

 

Mon avis

J’aime bien déconnecter de mes lectures habituelles. Je me rend compte que les lectures feel-good me font sortir de ma zone de confort qui est plutôt dans les thrillers, les classiques et Stephen King!

J’ai adoré ce livre. La façon qu’a l’auteure de rendre ses personnages si spontanés, si drôles, si touchants aussi. Les pages défilent sans que l’on s’en rendent compte, c’est un bonheur. J’avais eu ce sentiment avec Roland est mort qui a été aussi une bouffée d’air!

Ferdinand est le petit vieux que tout le monde connait. TOUS! On en connaît tous un! Aigri, mauvais, feignant, seul et râleur si il loupe Questions pour un champion. Le genre de petit vieux prêt à tout pour qu’on le laisse tranquille. Sauf qu’il n’est pas seul dans la résidence dans laquelle il habite, et ses voisins sont pires!!

J’ai beaucoup aimé tous ces personnages, et particulièrement la concierge, Madame Suarez. Les descriptions de l’auteure sont pleines d’humour, de fraicheur et très réalistes. J’ai un peu moins accroché avec le personnage de Juliette, qui m’a paru utile pour faire le lien entre Ferdinand et les autres, mais j’ai trouvé cette carte un peu facile, même si c’est une petite fille touchante. Elle m’a fait un peu pensé à Russell, le petit garçon plein de vie du film d’animation « Là-haut ».

Ferdinand est un homme attachant, qui malgré son côté aigri, cache un coeur, enfoui sous tous ces sentiments méchant, qui va se révéler un peu à cause de Juliette, et surtout à cause de Béatrice, qui ne le laissera pas indifférent.

J’ai beaucoup aimé également l’utilisation d’expression au début des chapitres, toujours en lien avec ce qu’il va se passer ensuite. c’est assez habile et ça convient parfaitement avec l’ambiance du livre, elles sont plutôt vieillottes parfois, mais donnent un coup de balai justement et dépoussière les expressions de la langue française.

Comme tout roman feel-good, la fin est belle, légère et fait sourire. Je garderai un très beau souvenir de cette lecture, comme souvent avec ce genre de roman. Idéal pour l’été, mais aussi quand on a un petit coup de mou dans l’année!

 

Conclusion

Que dire de plus? Lire ce petit livre vous donnera le sourire, Ferdinand, Juliette, Mme Suarez et Béatrice vous fera rire et vous passerez un très bon moment de lecture.

 

=> 5/5

Publicités

4 commentaires

  1. C’est vrai que ça fait du bien de temps en temps un petit roman bien sympa comme ça, et surtout avec des petits vieux ^^ Je viens de dévorer Nous irons tous au paradis de Fannie Flagg et ça m’a fait beaucoup de bien de sortir de ma zone de confort un peu

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s