Le meilleur des mondes

lemeilleurdesmondes

 

Titre: Le meilleur des mondes

Auteur: Aldous Huxley

Editions Pocket, 319 pages

 

Résumé

Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d’oeuvre de la littérature d’anticipation, a fait d’Aldous Huxley l’un des témoins les plus lucides de notre temps.
Aujourd’hui, devait écrire l’auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s’abatte sur nous dans le délai d’un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d’ici là de nous faire sauter en miettes… Nous n’avons le choix qu’entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.

 

Mon avis

Ce livre est dérangeant. En de nombreux points. J’ai eu du mal à certains moments à me rendre compte qu’il avait été écrit dans les années 30. Comment l’auteur a-t-il pu imaginer des choses aussi terribles, et les décrire de manière si réelles?

L’histoire du meilleur des mondes est assez complexe, mais d’après moi, elle importe peu. Ce que le lecteur doit savoir, c’est que dans le monde d’Huxley, les humains ne pensent plus par eux-même, ils sont formatés, conditionnés de façons à aimer ce qu’on leur donne à aimer et à rejeter le reste.

« Tel est le but de tout conditionnement: faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper. »

Flippant n’est ce pas? Et ce n’est pas fini. Le livre est fait comme ça. Au delà de ce bourrage de crâne, un personnage ressort, Bernard Marx, qui semble vouloir changer les choses. Pourquoi ne pas penser par soi-même? Sommes-nous vraiment obligés de suivre ces règles, de respecter ce système? De prendre ce fameux « soma », cette pilule qui nous fait oublier qui nous sommes vraiment?

Il va donc entreprendre, avec sa compagne, un voyage dans une Réserve à « Sauvages » au Nouveau-Mexique. Un lieu atypique, où les hommes vivent autonomes, se reproduisent seuls (sans l’aide que l’on découvre dans le monde de Bernard), ce qui fascine Bernard. Oui, un autre monde est possible.

Ce livre est en certains points similaire à La servante écarlate. Cet état totalitaire ou chacun doit respecter des normes, rentrer dans des cases, ne plus faire les choses comme bon leur semble. J’ai été choquée à plusieurs moments dans le livre. On dirait vraiment que l’auteur y croit, c’est tellement bien décrit, que ça pourrait être vrai…

« On ne peut pas consommer grand-chose si l’on reste tranquillement assis à lire des livres. »

« Il y avait quelque chose qui s’appelait la démocratie. Comme si les hommes étaient égaux autrement que chimiquement!… »

La plume de l’auteur est très abordable, et le livre se lit très bien bien qu’il ai été écrit dans les années 30. Le personnage de Bernard est très attachant, probablement parce qu’il est proche de nous, de notre mode de pensée actuelle, mais totalement en dehors de la société dans laquelle il vit.

L’évolution du livre et le voyage du Sauvage qui atterri dans ce monde, est vraiment intéressant et montre qu’autre chose est possible, un nouvel espoir, un nouvel avenir.

 

Conclusion

On ne dirait pas que ce livre a été écrit en 1931, il est si proche de nous, des dangereuses possibilités de la société, il est vraiment futuriste. Je pense qu’il est vraiment intéressant de le lire et je comprends pourquoi il est une référence dans le domaine de la littérature de science-fiction.

 

=> 4/5

Publicités

4 réflexions sur “Le meilleur des mondes

  1. Yuyine dit :

    J’avais été très marquée par ce livre quand je l’avais lu adolescente. D’une part pour les propos choquants mais finalement pas si éloignés de certaines tendances. Mais surtout pour son intelligence en 1931 d’imaginer tant de choses… Un livre à lire pour l’anticipation dont il fait preuve

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s