Reflex

reflex

 

Titre: Reflex

Auteure: Maud Mayeras

Edition Pocket, 474 pages

 

Résumé

Iris Baudry est photographe de l’identité judiciaire. Disponible nuit et jour, elle est appelée sur des scènes de crime pour immortaliser les corps martyrisés des victimes. Iris est discrète, obsessionnelle, déterminée. Elle shoote en rafales des cadavres pour oublier celui de son fils, sauvagement assassiné onze ans auparavant. Mais une nouvelle affaire va la ramener au coeur de son cauchemar : dans cette ville maudite où son fils a disparu, là où son croque-mitaine de mère garde quelques hideux secrets enfouis dans sa démence, là ou sévit un tueur en série dont la façon d’écorcher ses victimes en rappelle une autre. La canicule assèche la ville, détrempe les corps et échauffe les esprits, les monstres se révèlent et le brasier qu’Iris croyait éteint va s’enflammer à nouveau dans l’objectif de son reflex.

 

Mon avis

J’ai découvert Maud Mayeras avec Hématome il y a quelques mois et j’avais été séduite par son style, c’est avec plaisir que je me suis plongée dans l’histoire d’Iris Baudry et son fils Swan.

Le récit début sur Iris et son métier, photographe pour la police judiciaire. Elle flashe les corps meurtris de victimes sans vraiment d’état d’âme. Sauf lorsqu’il s’agit d’enfant, qui la ramène directement à son histoire personnelle, celle de l’enlèvement et le meurtre de son fils six ans plus tôt.

En parallèle nous découvrons une autre histoire, à une autre période, les années 20. Une jeune fille qui tombe enceinte malgré elle et qui va être rejeté par ses proches. Ce récit s’étend sur des décennies… jusqu’à… nos jours ou presque.

Le style de l’auteure est percutant, incisif, direct, cru, et la partie de l’histoire concernant Iris étant raconté à la première personne, nous plonge encore plus dans le traumatisme qu’elle a vécue, sa relation difficile avec sa mère, ses angoisses, et toutes ces choses qu’elle déteste, les retrouvailles, les adieux, le silence… Iris est une femme fragile malgré son côté brut de décoffrage. Elle bégaie mais ne le supporte pas. Elle doit continuer à vivre même si elle est morte depuis la disparition de son fils.

« Je suis déclenchable. Je me déplace à n’importe quelle heure du jour et de la nuit pour shooter. Les victimes n’attendent pas et la mort n’est pas patiente, il faut agir vite. Armer, zoomer, suspendre son souffle, appuyer et recommencer. »

J’ai trouvé l’autre récit assez prenant, on veut en savoir plus, toujours plus, jusqu’au dénouement, que l’on ne veut pas croire. Ce n’est pas possible. On se rend compte assez vite que les deux histoires peuvent se rejoindre, pourtant, Maud Mayeras trouve le moyen de nous tenir en haleine jusqu’au bout, jusqu’à la dernière page. J’ai littéralement été scotchée.

Le seul petit reproche que je pourrais faire est que j’aurais bien aimé en savoir encore plus sur son métier, son ressenti lors de ces photos prises, car le livre s’appelant Reflex, on serait tentés de croire que le côté photographe sera plus développé. Mais il est vrai que la direction que prend l’auteure est nécessaire pour l’histoire au final.

 

Conclusion

J’ai été sensible à l’histoire d’Iris, à son rapport aux choses, à la vie, à la mort. Et cette histoire parallèle m’a complètement sciée. J’ai adoré ce livre et si vous voulez un bon thriller psychologique, n’attendez pas pour le lire!

 

=> 5/5

Publicités

10 réflexions sur “Reflex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s