Le voile de Téhéran

le-voile-de-teheran

 

Titre: Le voile de Téhéran

Auteur: Parinoush Saniee

Edition Robert Laffont, 560 pages

 

Résumé

Massoumeh, seize ans, n’a qu’un désir : poursuivre ses études. Un rêve accessible aux filles depuis que le shah a modernisé l’Iran. Mais quand ses frères découvrent qu’elle vit une histoire d’amour, très innocente, avec un voisin, ils la marient à un homme qu’elle ne connaît pas et n’a même jamais vu. D’abord désespérée, Massoumeh se rebelle et prend son existence en main.

 

Mon avis

C’est la première fois que je lisais un livre traitant de la condition de la femme en Iran et j’ai appris beaucoup lors de cette lecture. Je ne connais également pas grand chose à la religion musulmane, et j’avoue que parfois certains mots de vocabulaire m’ont laissée perplexe. Mais j’ai pu en trouver vite le sens. Il est difficile de parler d’une religion que l’on ne connait pas, c’est pourquoi je ne m’étendrai pas sur le côté politique en Iran.

J’ai lu ce livre dans le cadre de la lecture du mois du Club de lecture Mango & Salt.

Ce livre est un combat. Le combat de Massoumeh contre sa famille qui veut la marier de force, contre la vie lorsqu’elle se verra finalement obliger d’être marier à un homme qu’elle n’aime pas, contre le pays quand Hamid son mari sera en danger car c’est un militant. Bref, à travers toutes les épreuves que Massoumeh traverse, nous découvrons une femme forte, privée de beaucoup de choses mais qui réussit toujours à s’en sortir et à aller de l’avant. Son histoire est bouleversante.

Tout au long du livre, de nombreuses références religieuses sont employées lors des dialogues, « Que Dieu ai pitié de ton âme », « Au nom du Prophète », « Que Dieu me prenne la vie ». Cela n’a pas perturbé ma lecture, mais m’a fait me rendre compte que ces références sont sûrement nombreuses également dans la vie courante, et pas seulement dans les récits.

Massoumeh est une jeune fille forte, mais a peur de s’affirmer à cause notamment de ses frères qui ne veulent qu’une chose, qu’elle porte le voile, arrête au plus vite ses études et se marie dès qu’elle a l’âge pour. Et pourtant, c’est son voeu le plus cher, obtenir son diplôme de fin d’études et exercer un vrai métier.

Les moeurs évoluent au fil du récit, notamment en ce qui concerne le mariage. Massoumeh qui a tellement souffert d’être mariée de force à un homme qu’elle ne connaissait pas, diffère énormément de ses enfants. La question du concubinage est posée, et on sent qu’il y a plus de libertés pour les enfants de Massoumeh que lorsqu’elle-même est une jeune femme.

On s’attache très facilement au personnage principale, ainsi qu’à sa meilleure amie, Parvaneh, qui au début du roman sont de simples adolescentes qui se prennent à rêver de liberté et de prince charmant. On retrouvera cette très belle amitié quelques années plus tard. C’est d’ailleurs un passage particulièrement drôle, et l’on retombe plus de 30 ans en arrière.

Le voile de Téhéran est donc l’histoire d’un combat, mais aussi celle d’une très belle amitié entre Massoumeh et Parvaneh.

Massoumeh va traverser des épreuves incroyables, tragiques, mais se relèvera toujours. On va suivre son histoire durant presque 40 ans. C’est une vraie saga familiale que nous raconte Parinoush Saniee.

J’ai été frappée par le désir de liberté traité dans ce roman. Par les réactions brutales des frères de Massoumeh, mais aussi à la fin par ses propres enfants. L’héroïne donnera sa jeunesse et sa vie à ses enfants, se privera d’énormément de choses pour son mari, même si il lui laisse quelques libertés assez rares pour l’époque (lui laisser faire des études par exemple). On voit ce qu’une mère est capable de faire pour ses enfants.

La fin est ouverte et non, pas de happy end, même si…même si…..

Il y a beaucoup d’émotion dans ce livre, et je ne veut pas trop vous en raconter (j’ai moi-même été assez énervée lorsque j’ai découvert un élément essentiel de l’histoire alors que je n’étais qu’au début du récit…Grrrr) mais ce livre ne vous laissera pas indifférent. Vous allez en apprendre plus sur le climat politique en Iran, sur la vie durant la guerre, les inquiétudes des familles lorsque leurs enfants sont appelés au combat. Ce livre est un témoignage de vie.

 

Conclusion

Le voile de Téhéran est une lecture poignante où la vie de Massoumeh et ses proches nous est racontée de façon à ce que le lecteur plonge totalement dans son histoire.

 

=> 5/5

Publicités

5 réflexions sur “Le voile de Téhéran

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s